Retour au Sahara (documentaire) : L’opération qui aurait pu provoquer une guerre avec le Maroc suite à la “Marche Verte”.

Retour au Sahara (documentaire) : Le sévillan Paco Millán révèle dans un documentaire l’histoire la moins connue du Sahara, ancienne province espagnole.

Le documentaire “Retour au Sahara” du sévillan Paco Millan qui sortira demain dans toute l’Espagne reconstitue des aspects peu connus de l’histoire de l’ancienne province rendue au Maroc en février 1976 suite à la “Marche Verte” à laquelle environ 300.000 Marocains participèrent.

Femmes tenant le portrait du roi Hassan II.

Femmes tenant le portrait du roi Hassan II.
© Graeme-Baker / SIPA

Juste après la mort de Franco, un des colonels qui y était en poste fut chargé d’exécuter l’ordre du Gouvernement d’Arias Navarro, il s’agit du colonel Angel de Cenao-Vivas (« La Marche Verte fut une insulte pour l’Espagne et pour moi,  j’aurais continué de l’avant mais nous les soldats, obéissons à des ordres » dit-il). Près de 40 ans plus tard, il revit sur le terrain un des épisodes des plus graves mais des moins connus de cette époque,  celle qui sera appelée « Opération explosive » exécutée par un groupe de militaires mécontents dirigés par le commandant Fernando Ramos. Ce groupe fut sur le point de faire exploser le parador de l’Aâyoune avec une partie du gouvernement marocain et mauritanien à l’intérieur.

El Aaiún 1975, piscina y Parador Nacional

El Aaiún 1975, piscina y Parador Nacional, Fotografías enviadas B. Álvarez Muñoz

El Aaiún 1975, Parador Nacional

El Aaiún 1975, Parador Nacional, Fotografías enviadas B. Álvarez Muñoz

Dans cette conspiration participait de façon involontaire un journaliste qui était à l’époque le correspondant de « Informations », Angel Luis de la Calle. Celui-ci intervient également dans ce documentaire et relate comment Ramos lui demanda la chambre qu’il occupait dans le parador depuis quelques mois pour une rencontre amoureuse et discrète. En fait, il ne s’agissait pas d’une rencontre galante mais d’une bombe qui se construisait avec une batterie de bombonnes de butane qu’ils pensaient faire exploser dans le patio du parador. L’opération avorta au dernier moment grâce à l’intervention du commandant Labajos qui évita ainsi la troisième guerre hispano-marocaine et la fin de la naissante transition démocratique en Espagne.Le conspirateur fut arrêté avec ses compagnons mécontents et transférés à la Péninsule où ils passèrent plusieurs mois dans une prison militaire.

L’autre épisode que “Retour au Sahara” reconstitue est celui de l’assassinat de l’équipage du bateau de pêche canarien « Croix de Mer ». Après avoir rendu le Sahara, l’Espagne perdit un des plus grands équipements de bateau de pêche du monde et les incidents avec la flotte canarienne se multiplièrent. Le plus grave fut celui de l’assassinat de sang froid de 8 membres de l’équipage de ce bateau de pêche. Après un dîner avec les pêcheurs espagnols, les assassins les mitraillèrent sans états d’âme. Le documentaire sévillan reconstitue ces faits avec le témoignage de trois survivants qui réussirent à sauver leurs vies en se jetant à l’eau.

Lire à ce sujet :
Polisario : L’Espagne honore les victimes de ce mouvement terroriste qu’elle soutient.

Image de prévisualisation YouTube

Ce documentaire est un voyage à travers le temps, avec des retrouvailles, des passions et des conspirations autour d’une terre désirée par tous”, commente le directeur Paco Millan à l’ABC. Il mît plus de trois ans à tourner et à monter ce film pour pouvoir le présenter dans les cinémas espagnols. « Ce fut complexe car nous avons tourné plus de 90 heures dit-il. Nous avons essayé d’aller là-bas avec les bonnes formes, en demandant la permission de tourner mais nous ne recevions ni de oui, ni de non, alors nous y sommes allés de façon clandestine, confesse-t-il.

via sevilla.abc.es

This post is also available in: Anglais

Laisser un commentaire

Please wait...