Maroc saharien : l’histoire saharienne du Maroc Par F. Armand

Les liens qui unissent le Maroc et le Sahara sont nombreux, divers et complexes. On réduit souvent ces liens en présentant l’histoire du Maroc Saharien comme une partie de l’histoire du Maroc, sous-entendant ainsi que le Maroc fut influant sur le Sahara. Cependant, il est aussi possible de considérer l’histoire du Maroc comme une partie de l’histoire du Sahara, afin de mettre en évidence qu’il a existé une influence du Sahara sur le Maroc. Cette Influence du Sahara sur le Maroc se caractérise essentiellement à travers quatre aspects : migratoire, social, culturel et religieux.

Marocains originaires du Sahara.

Si les populations du Sahara sont souvent présentées comme des populations nomades parcourant inlassablement les vastes territoires du Sahara, on oublie aussi parfois que certains éléments de ces tribus se sédentarisent. C’est ainsi que « de nombreux Sahraouis se sont sédentarisés dans les villes côtières et les ksours du Maroc du Centre et du Nord. Des quartiers entiers de Fès, Meknès, Marrakech ou Taroudant abritent toujours les gens du Sahara y compris les Touaregs » (1). Le Maroc est donc habité par un nombre assez important d’individus d’origine sahraouie.

Mixité sociale.

Ces populations originaires du Sahara s’étant ainsi sédentarisées au Maroc, elles ont par la suite contracté des unions avec les Marocains par voie matrimoniale de telle sorte que « les liens du sang par les mariages ou par les familles d’origine [sahraouies] restées sur place sont tellement nombreux qu’ils font des Marocains un peuple autant saharien que méditerranéen » (1). C’est le cas par exemple « des Arabes Aït Yagout issus d’une famille maraboutique (c’est à dire d’une famille liée à un saint) du Sahara, installés dans le Ksar d’El-Khenabif » (1). C’est encore le cas « des tributs Aït Ba Amrane de l’Oued Noun qui […] descendent en partie de ces Guezoula installés dans le Sahara Occidental et tout le Maroc du Sud depuis l’époque préhistorique » (1).

Mixité culturelle.

De nombreuses tribus originaires du Sahara ont développé depuis fort longtemps des relations commerciales avec les grandes villes du Maroc, comme par exemple le commerce de la joaillerie traditionnelle touarègue que cette tribu nomade diffuse au Maroc de longue date. C’est ainsi que des éléments caractéristiques de la culture des tribus du Sahara se sont établis, implantés et intégrés dans la culture marocaine. L’attrait du consommateur marocain pour la manufacture sahraouie est l’une des causes de sédentarisation d’artisans sahraouis au cœur des grandes villes marocaines.

Saints marocains originaires du Sahara.

Les conditions de vie dans le nomadisme conduisent à redouter l’incertitude du lendemain, à vivre quasiment au jour le jour. Cette précarité a poussé les tribus du Sahara à cultiver et à renforcer des liens avec la providence et donc avec la religion. C’est pourquoi les populations sahraouies ont engendré un nombre de saints relativement important. Après leur décès, ces saints reposent dans des sépulcres qui sont construits dans des villes ou bien dans des villages marocains, lieux que les fidèles sahraouis visitent par la suite régulièrement. Mais si ces saints sont vénérés par les sahraouis, ils le sont aussi par une grande partie de la population marocaine puisque ces saints étaient musulmans et que la population marocaine est musulmane elle aussi. Attilo Gaudio va même jusqu’à affirmer que « la moitié des saints et des héros enterrés dans les marabouts (les sépulcres) du Maroc proviennent du Sahara » (1). Les populations sahraouies qui ont porté ces saints et qui continuent à les vénérer en terre marocaine diffusent donc une influence de haute valeur religieuse et spirituelle au Maroc.

En conclusion, ces quelques considérations à propos de l’influence du Sahara sur le Maroc permettent de prendre conscience de leur poids. Réciproquement, grande est l’influence du Maroc sur le Sahara, notamment à travers son histoire politique, caractérisée par un engament d’allégeance abondamment réitéré par les chefs des tribus sahraouies envers les sultans successifs du Maroc.

Si d’une part, il est tout à fait légitime de soutenir l’existence d’une histoire saharienne du Maroc comme nous l’avons brièvement esquissé ici, il est d’autre part, tout à fait légitime de soutenir l’existence d’une histoire marocaine du Sahara, comme il est courant de le faire en général. Ces deux approches symétriques et complémentaires de l’histoire commune du Maroc et du Sahara mettent en évidence à quel point le Maroc et le Sahara sont profondément unis.

(1) Cf. « Les Populations du Sahara Occidental : histoire, vie et culture » de Attilo Gaudio.

Par F. Armand

Laisser un commentaire

Please wait...