Recensement des réfugiés à Tindouf: L’impuissance du HCR. Par F. ARMAND

Comment expliquer que l’Algérie et le Polisario refusent catégoriquement depuis plus de 30 ans le recensement des réfugiés des camps algériens de Tindouf ?

Nous rappellerons tout d’abord que le recensement des réfugiés est une obligation statutaire du HCR (Haut Commissariat aux réfugiés), réitérée à plusieurs reprises par les résolutions 58\149 et 59\172 de l’assemblée générale des Nations Unies : « C’est au pays d’accueil qu’il incombe au premier chef de préserver le caractère civil et humanitaire de l’asile (…) de veiller à ce que le caractère civil et humanitaire des camps des réfugiés ne soit pas compromis par la présence ou par les activités d’éléments armés (…) de veiller à ce que les camps ne soient pas utilisés à des fins incompatibles avec leur caractère civil ». Les autorités d’Alger ont des obligations légales, politiques et morales à l’égard des populations saharaouies et parmi ces obligations figure celle de faciliter l’exécution du mandat du HCR afin de lui permettre d’assurer la protection des populations en l’autorisant à effectuer un enregistrement et un recensement des refugiés. Il convient dès lors d’expliquer pourquoi l’Algérie et le Polisario se soustraient à une telle obligation depuis si longtemps.

Si le refus d’Alger n’est pas justifiable, il peut tout de même s’expliquer par son besoin de propagande politique au sujet du Sahara Occidental. En effet, Après avoir entrepris depuis longtemps de gonfler artificiellement les rangs des réfugiés à Tindouf par un flux massif de Touaregs provenant d’Algérie, de Mauritanie et des pays du Sahel, elle prétend par la voix du polisario qu’il s’agit uniquement de réfugiés ayant fui le Maroc pour éviter des représailles encourues à cause, prétendument, de revendications pour l’indépendance du Sahara Occidental.

L’Algérie espère ainsi que le nombre des réfugiés sera suffisamment élevé pour légitimer la reconnaissance du Sahara Occidental en tant qu’état indépendant aux yeux des instances internationales. Il est bien évident cependant que si cette reconnaissance devait être établie, l’indépendance du Sahara Occidental ne serait qu’une indépendance de façade soumise implicitement au contrôle politique et militaire algérien.

Lire à ce sujet : Marocanité du Sahara Mythe ou réalité. Par Bernard Lugan

S’agissant maintenant du refus du Polisario qui s’oppose lui aussi au recensement des réfugiés des camps de Tindouf, il s’explique par les profits illégaux dont les dirigeants de ce front séparatiste bénéficient en surestimant le nombre de réfugiés, ce qui leur permet d’obtenir un niveau accru d’aide humanitaire qu’ils détournent à leur profit, comme cela ressort entre autre d’un rapport confidentiel de l’Union Européenne, d’après l’ ESISC (European Strategic Intelligence and Security Center), dans un article daté du 26 avril 2010. L’on peut encore citer les rapports de l’Office Européen de Lutte Antifraude que cet organisme avait établis en 2005 et 2009 qui mettent en évidence le détournement de l’aide humanitaire par des membres du Polisario et des responsables algériens. Le rapport établi en 2005 précisait que « le nombre des bénéficiaires est inférieur à celui pour lequel l’assistance est fournie par la Communauté Internationale».

« Nous avons reçu de l’Algérie une indication (selon laquelle) cette aide n’est pas suffisante et nous avons dit qu’il fallait faire un recensement des réfugiés », a déclaré M. Guterres. Cependant, a-t-il ajouté, « l’Algérie n’a pas accepté et nous n’avons pas changé nos estimations ».
Source : Jeune Afrique : Sahraouis: le HCR veut un recensement des camps de Tindouf, Alger refuse

C’est donc essentiellement pour des motifs de propagande politique et de corruption que le l’Etat Algérien et le front Polisario refusent systématiquement et catégoriquement le recensement des réfugiés des camps de Tindouf.

F. ARMAND pour infosahara.com

Un commentaire on “Recensement des réfugiés à Tindouf: L’impuissance du HCR. Par F. ARMAND”

  1. Berru Reply

    la supercherie a commence le 28 novembre 1975a 10 km de Tindouf un lieu appelé Hassi Robinet c’est dans cet endroit du desert Algérien que nous avons installé des tentes pour recevoir les premiers réfugies qui venaient de Mahbess;
    Je passe les détails en 1976 jusqu’en 1980 il a falu donner des recensements mirobolans au ONG afin d’obtenir baucoup plus de donts que la réalité a vrais dire aujourd’hui,ce camp ne répond plus a un camp de réfugiés car on y trouve un gouvernement provisoir, une armée,des wilayates(el ayoun,Smara,Bircolette,Nebka,Sbeti1,Sbeti2) et un camp prévu pour les personalités sahraouis dotées de bingalows de 4×4 dernier cri et des sommes de dolars vertigineuses alouées pour les instances internationales crédules!!!!!!!! c’est une véritable supercherie qui me donne envie de vomir aujourd’hui;

Laisser un commentaire

Please wait...