Sahara Occidental : la demande des « frères » algériens

Sahara Occidental : Quand le Maroc déclinait l’offre de Paris à la demande des « frères » algériens.

A une question posée à Abderrahim Bouabid par un journaliste de l’hebdomadaire «Jeune Afrique» en 1976, sur le problème des frontières algéro-marocaines, il a répondu :
«… Il existe un accord  entre le Maroc et le GPRA (Gouvernement provisoire révolutionnaire algérien) qui date du 6 juillet 1961. Il stipule que les frontières sahariennes héritées de la colonisation par l’Algérie ne seront pas opposables au Maroc ». Et de préciser : « Il convient de rappeler ici que le gouvernement français avait créé en 1957 l’OCRS (Organisation commune des régions sahariennes) et avait convié le Maroc en tant que pays riverain du Sahara (algérien), à participer à cette organisation qui englobait notamment le Sahara, aujourd’hui sous domination algérienne. A la demande des frères algériens, nous avons décliné l’offre de Paris. mais nous avons dit aux Algériens : « Vous savez bien que Tindouf a été annexé en 1934 au territoire algérien parce que l’administration française pensait à l’époque qu’elle resterait éternellement en Algérie. Vous savez qu’il y a aussi le problème de Béchar, etc. ». A l’époque le journal Al Moujahid ne parlait que du Sahara maghrébin et non pas du Sahara algérien. C’est dans ce contexte que l’accord du 6 juillet 1961 a été signé…»

Abderrahim Bouabid dans Jeune Afrique, du 11 juin 1976

Ahmed Ben Bella reçu à Rabat par le roi Hassan II du Maroc le 28 mars 1962 © KPA/ZUMA PRESS/MAXPPP - 2012

Ahmed Ben Bella reçu à Rabat par le roi Hassan II du Maroc le 28 mars 1962 © KPA/ZUMA PRESS/MAXPPP – 2012

Accord du 6 juillet 1961

Le Gouvernement de sa Majesté et le Gouvernement provisoire de la république Algérienne, animées par des sentiments de solidarités et de fraternité Maghrébines, conscients de leur destin africain et désireux de concrétiser les aspirations communes de leurs peuples, ont convenu de ce qui suit :

Fidèles a l’esprit de la conférence de Tanger du mois d’avril 1958 et fermement attachés à la charte et aux résolutions adoptées à la conférence de Casablanca, les deux gouvernements décident d’entreprendre l’édification du Maghreb Arabe sur la base d’une fraternelle association notamment dans le domaine politique et économique.

Le Gouvernement de sa majesté le roi du Maroc, réaffirme son soutien inconditionnel au peuple algérien dans sa lutte pour l’indépendance et son unité nationales. Il proclame son appuie sans réserve au Gouvernement provisoire de la république Algérienne dans ses négociations avec la France sur la base du respect de l’intégrité du territoire Algérien.

Le Gouvernement de sa majesté le roi du Maroc, s’opposera par tout les moyens à toute tentative de partage du territoire algérien.
Le Gouvernement provisoire de la République algérienne reconnaît pour sa part que le problème territorial posé par la délimitations imposées arbitrairement par la France entre les deux pays, trouvera sa solution dans des négociations entre le Gouvernement du Maroc et celui du gouverment de l’Algérie indépendante.

A cette fin, les deux gouvernements décident de la création d’une commission algéro-marocaine qui se réunira dans les meilleurs délais pour procéder à l’étude et à la solution de ce problème dans un esprit de fraternité et d’unité maghrébine.

De ce fait le Gouvernement provisoire de la république Algérienne réaffirme que les accords qui pourrons intervenir à la suite des négociations Franco-Algériennes ne sauraient être opposables au Maroc, quant aux délimitations territoriales algéro-marocaine.

Fait à Rabat le 6 Juillet 1961

Signé:
Sa majesté Hassan II
Roi du Maroc

Signé:
Son Excellence Ferhat abbas,
Président du gouvernement provisoire
de la république Algérienne.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

This post is also available in: Anglais, Espagnol

Laisser un commentaire

Please wait...